LA TETE EN FRICHE ……


 

La vidéo ci-dessus est de meilleure qualité….

 

  

Jean Becker revient avec une petite comédie légère sur les petits gens, le plaisir de vivre et les réflexions sur le temps qui passe…...

 

Gérard Depardieu dans une histoire d’amitié improbable…...

entre un homme quasi analphabète et une retraitée.

Un drame, adapté du roman de Marie-Sabine Roger, dans lequel il donne la réplique à Gisèle Casadesus, 96 ans.

Dans ce film, Gérard Depardieu incarne Germain, 45 ans, quasi analphabète, qui a une petite vie tranquille entre ses copains de bistrot, sa copine Annette et le parc où il va compter les pigeons. Il n’a jamais connu son père et a vécu avec une mère qui lui a bien fait comprendre qu’elle ne l’a jamais désiré.

Un jour, au parc, il fait la connaissance de Margueritte (avec 2 T) une retraitée, ancienne chercheuse en agronomie, qui a voyagé dans le monde entier et qui a passé sa vie à lire. Entre Germain et Margueritte, va alors se créer une véritable histoire d’amitié

En sortant de la salle de cinéma, j’avais en moi une intense sensation de fraicheur…cette fraicheur qu’apporte les sentiments vrais et sensibles entre deux êtres qui se découvrent….je pense u’il en est ainsi de l’amour et de l’amitié !!

vous savez combien les sentiments nouveaux apportent de renouveau et de bien-être dans l’âme et le coeur n’est ce pas !!!

Ce film est à voir et à garder en cinémathèque chez vous si possible…

Gisèle Casadesus prend de l’âge,cette génération disparait petit à petit..Cette semaine, j’ai accompagné à sa dernière destination un mes aieuls de 97 ans et j’ai ressenti une étrange  sensation sur la fin d’un siècle de "vie" de "combat" "d’affection"..sa dernière phrase a été "QUE DE L’AMOUR" !!!

" LA TETE EN FRICHE"…..

je me fais garante de votre doux enthousiasme envers cette complicité inattendue entre GISELE & GERMAIN !!

 

 

 

 Bisous  

Publicité

Une soirée Jazz à LILLE….


c’est aussi la musique que j’aime ….

Après une série de concerts puisant dans le répertoire et la personnalité de "DINAH WASHINGTON"
(artiste Jazz surnommée la Queen of the Blues dans les années 50),

China MOSES (la fille de DEE DEE BRIGEWATER) & RAPHAEL LEMONNIER ( excellent pianiste nîmois) sortent l’album "DINAH’S BLUES" …

J’ai assisté à ce spectacle "JAZZ EN NORD " cette semaine….un plaisir de plus !

…CHINA MOSES artiste proche de son public, une fois le spectacle terminé, elle vient vers vous et prend du temps pour vous parler en signant les autographes… une très belle voix et une grande simplicité !

 

DINAH WASHINGTON, je l’ai entendu pour la 1ère fois en 2005….ces textes racontent les pans "surprenants" de sa vie de femme, ambitieuse, adulée, frivole, capricieuse, mais bourrée de talent…une vie trop courte (morte à 39 ans en 1963) 

……pour terminer la semaine, soirée dans un resto Lillois "gastronomique" ambiance "jazzy" assurée….tout va beaucoup mieux avec la musique que l’on aime non  !!

(album des artistes nommés ici, joint au billet) 

 

 

petit p.s. j’ai reçu les photos du Maroc….bientôt un album et le récit de mon petit voyage de mars dernier

@ bientôt ….bisous nini

Musique Maestro !!!




En  vidéo, en images, en récit succinct, ce que j’aime aussi beaucoup…

" le LYRIQUE""

Dans son traitement musical, Verdi évite
avec soin tout pittoresque descriptif. Les émotions intériorisées
prennent le pas sur les passions exacerbées.

Le "bel canto"
traditionnel est soumis à une expression nouvelle. Il n’est pas une fin
en soi, un feu d’artifice pour la beauté du geste et de la technique,
mais un moyen d’exprimer la vérité de la situation.

Les difficiles
prouesses vocales du grand air de Violetta, à la fin du premier acte,
ne sont là que pour montrer la tentative désespérée de l’héroïne de
retourner vers un monde de frivolité qu’elle abhorre.

Avec La Traviata
Verdi parvient à rendre de façon réaliste la gamme des sentiments
humains.
Verdi joue également, en professionnel accompli, sur les
contrastes pour accentuer le tragique : l’ouverture commence par un
adagio où planent la maladie et la mort et débouche sur une ambiance de
fête : le carnaval sert d’arrière-fond à la mort de Violetta.

L’école
vériste trouvera là le fondement de l’un de ses procédés dramatiques
favoris.


 "  La musique est une révélation"…..Imaginez le monde sans !!!